Posted in Accueil Hautbois

Préparation des anches

Imaginer, inventer, créer.
Préparation des anches Posted on 28 octobre 2019Laissez un message
Imaginer, inventer, créer.

Le premier article consacré au montage des anches de hautbois semble avoir remporté un certain succès et nombreux sont ceux qui m’ont questionné sur le grattage. Vaste question ! Il existe probablement autant de grattages que de hautboïstes.

Il va sans dire mais rappelons le : ” Le comportement des anches de hautbois relève plus d’une activité druidique que d’une science quelconque” en ce sens que deux expériences identiques de grattage ne conduisent nullement à deux anches semblables !

Il est possible de faire des statistiques, je m’y suis risqué comme certainement bon nombre de hautboïstes. David Walter a publié un article très intéressant dans un “Infobois” [1]. Une bonne méthode pour avoir un matériel correcte au concert reste celle que m’a confiée un jour Jean Louis CAPEZZALI : “Au début de chaque mois je monte deux cents anches et j’en trouve généralement une soixantaine pour les concerts “. N’espérez donc pas trouver mieux dans cet article !

Je propose donc ici un descriptif de la façon dont je procède. Il s’agit d’un compromis entre ce que m’ont appris mes professeurs et mon expérience personnelle. Ce type de grattage me convient, je joue sur un hautbois “Buffet Crampon” . partant de là, chaque perce de hautbois nécessite d’adapter un peu son grattage. Ici vous trouverez donc une trame de travail. N’hésitez donc pas à envoyer vos commentaires de manière à compléter mes conseils.

Préparation

Nous reprenons le travail là où nous l’avions laissé à l’issue de l’article sur le montage des anches.

Afin que le roseau ait pris correctement la forme du tube, il convient d’attendre toujours au moins deux jours entre le montage et le grattage d’une anche. N’hésitez donc pas à monter plusieurs anches d’un coup et à les gratter ensuite progressivement selon vos besoins.

Au cours du grattage nous allons être amener à effiler les bords extérieurs de l’anche. De manière à ne pas rencontrer de petites “bardes” de roseau, je passe un ou deux coup(s) de couteau bien perpendiculaire(s) alors que l’anche n’est pas encore fendue.

Le roseau est livré d’une pièce, il convient donc dans un premier temps de le fendre. Pour cela j’utilise une plaque métallique dont les bords ont été affûtés à la lime. N’importe quel outil coupant peut faire l’affaire, il convient simplement de ne pas endommager le roseau et d’obtenir une coupe la plus nette possible des fibres.


Une fois l’anche fendue, laissez la tremper quelques instants. Le roseau va commencer à prendre sa courbure et à se ramollir, le grattage sera plus facile.

Imaginer, inventer, créer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *