Posted in Hautbois

Dégauchissage des anches

Imaginer, inventer, créer.
Dégauchissage des anches Posted on 28 octobre 2019Laissez un message
Imaginer, inventer, créer.

Dégauchissage

On peut distinguer deux parties à gratter sur une anche (le hautbois c’est :” deux changes au grattage et une au tirage”). Le bord d’attaque c’est à dire les 2 mm de l’extrémité et le corps de l’anche en gros le reste !
 Il est important lorsque l’on travaille le corps de l’anche d’utiliser une plaque en bois “bombée”. En effet la pression que vous exercez tend à aplatir et donc à favoriser la fente du roseau. La plaque bombée évite ce traumatisme.
 A l’inverse lorsque vous allez affiner le bord d’attaque utilisez une plaque métallique plate. Ainsi vous n’arracherez pas -trop – les coins.

Sur cette image les deux coups de crayons montrent le chemin que doit suivre votre couteau. Pendant plusieurs années j’ai tracé ces “guides”. Alors que le roseau est uniforme et brillant la marque permet de bien gratter vers l’extérieur de l’anche et préserve ainsi l’arête centrale.

Voila une position possible pour le grattage. Dans mon jeune âge mes professeurs m’ont appris à travailler un conservant un couteau le plus orthogonal possible à l’axe de l’anche. Les fibres sont ainsi mieux coupées et on évite d’arracher le roseau en l’attaquant de biais. Dans la pratique il convient de ne pas être rigide et j’avoue prendre quelques libertés.

Un point important concerne l’affûtage du couteau. Il convient de travailler avec un couteau suffisamment affûté pour couper correctement les fibres mais pas trop de manière à ne pas enlève trop de bois à chaque passage.
 Si votre couteau ne coupe vraiment plus, il faut le faire affuter. Afin de conserver sa forme initiale, éviter de l’emmener chez le rémouleur de la grand mère. Mieux vaut contacter un spécialiste. Jany fait ca très bien !
 Si votre couteau n’est pas totalement “à plat” et que vous souhaitez lui redonner une nouvelle jeunesse, un cuir s’impose. Peut être l’objet d’un prochain article. Dans ce cas, à l’issue de l’affûtage il convient de modérer les ardeurs de la lame, par exemple en coupant une feuille de papier avec.

Dans un premier temps commencez à attaquer la partie haute de votre anche avec le couteau. Aller y doucement mais n’hésitez pas à enlever du bois tout de même. Veillez à toujours travailler les deux bords de l’anche ainsi que ses deux faces. Une anche se doit a priori d’être symétrique avec un axe mm2 caractéristique des réseaux orthorombiques (les hautboïstes minéralogistes me corrigeront j’espère 🙂 ).

Dans un premier temps veuillez à ne pas du tout travailler le bord d’attaque de l’anche pour le moment.

Une fois engagé, allongez le grattage vers le bas. La longueur du grattage est très fluctuante. Pour ma part j’adopte une longueur d’environ 1 cm, ce qui paraît raisonnable. Un grattage long tend à faire baisser le diapason mais donne un son moins “en face”.

Tout en conservant l’arête centrale, grattez doucement les bords extérieurs de l’anche.

En prenant soin de toujours partir du talon, c’est à dire de la partie basse de votre grattage, élargissez le geste.

En affinant les bords ainsi, l’émission des graves du hautbois est facilitée. Attention toute fois sur certains instruments comme les Rigoutats par exemple, si vous affiner trop les bords les graves risquent de ne plus être justes.

Voila arriver à ce point vous devez avoir conservé quasi intacte l’arête centrale et le bord d’attaque de l’anche. En la mouillant à nouveau vous devez pouvoir obtenir un bruit – à défaut d’un son – en soufflant. Dans ce cas c’est que vous avez enlevé assez de bois, sinon continuer à enlever uniformément du bois jusqu’à obtenir un bruit !

Imaginer, inventer, créer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *