Posted in Hautbois

Syrinx

Imaginer, inventer, créer.
Syrinx Posted on 23 juin 2021Laissez un message
Imaginer, inventer, créer.

Syrinx (I, 689-746)

Mercure répond : “Sur les monts glacés de l’Arcadie, parmi les Hamadryades qui habitent le Nonacris, paraissait avec éclat une naïade que les nymphes appelaient Syrinx. Plusieurs fois elle avait échappé à la poursuite des Satyres, à celle de tous les dieux des bois et des campagnes. Elle imitait les exercices de Diane; elle lui avait consacré sa virginité : elle avait le même port, les mêmes vêtements, et on l’eût prise pour la fille de Latone, si son arc d’ivoire eût été d’or, comme celui de la déesse; et cependant on s’y méprenait encore. Un jour, le dieu Pan, qui hérisse sa tête de couronnes de pin, descendant du Lycée, la vit, et lui adressa ce discours….” Mercure allait le rapporter. Il allait dire comment la nymphe, insensible à ses prières, avait fui par des sentiers difficiles jusqu’aux rives sablonneuses du paisible Ladon; comment le fleuve arrêtant sa course, elle avait imploré le secours des naïades, ses sœurs; comment, croyant saisir la nymphe fugitive, Pan n’embrassa que des roseaux; comment, pendant qu’il soupirait de douleur, ces roseaux, agités par les vents, rendirent un son léger, semblable à sa voix plaintive; comment le dieu, charmé de cette douce harmonie et de cet art nouveau, s’écria : “Je conserverai du moins ce moyen de m’entretenir avec toi”; comment enfin le dieu, coupant des roseaux d’inégale grandeur, et les unissant avec de la cire, en forma l’instrument qui porta le nom de son amante.

Imaginer, inventer, créer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *