Accueil > Gastronomie > J.J. MARTIN > Le broye d’Angles

Le broye d’Angles

ou le gateau de partageux !

dimanche 7 mai 2006, par Vintz

Ras-le-bol ! La guerre des broyes n’aura pas lieu. Le Berry, le Poitou et la Touraine revendiquent la paternite de ce gâteau legerement plus sophitique que le far breton ou les fouaces de Lerne. Faut en finir ! Et pour honorer ce gâteau que trois pro-vinces se disputent, nous l’appellerons "le broye d’Angles", rendant ainsi hommage â Angles-sur-l’Anglin, ce merveilleux village de dentellieres, niche aux confins de ces provinces ; ce qui reglera les problemes di-plomatiques causes par le nationalisme regional.

- Pour un moule a tarte d’une trentaine de centimetres de diametre, il faut trois cents grammes de farine, cent-cinquante grammes de beurre, soixante-quinze grammes de sucre et une pincee de sel.
- Puis il convient de pitrouiller ces elements pour en faire une belle pâte que vous etalerez dans votre moule legerement huile, la cuisson pouvant varier de quinze a vingt minutes suivant la force du four. N’oubliez pas, auparavant, de dorer votre broye au jaune d’ceuf avec un pinceau pour qu’il prenne sa couleur orangee.
- Et de le decorer avec votre fourchette de formes geometriques permettant un predecoupage. Si pour le partage, on prefere les doigts â la pelle et le poing au couteau, votre gâteau sera separe en parts inegales.

C’est souvent pour cette raison que l’on baptise le broye de de-mocratico-anthropologique, car on choisit la part qui vous fait envie et non pas celle que l’on vous impose. Belle definition de la democratie ! Frugalite ou intemperance ? Un vin des plus legers possible, Chevalerie 1999. P.S. Lorsque j’etais gamin, j’aurais bien trempe une noce de broye, dans le verre de Cabernet d’un de mes parents.

Partager