Accueil > Musique > Le hautbois > Grattage des anches

Grattage des anches

lundi 23 octobre 2006, par Vintz

Le premier article consacré au montage des anches de hautbois semble avoir remporté un certain succès et nombreux sont ceux qui m’ont questionné sur le grattage. Vaste question ! Il existe probablement autant de grattages que de hautboïstes.

Il va sans dire mais rappelons le : " Le comportement des anches de hautbois relève plus d’une activité druidique que d’une science quelconque" en ce sens que deux expériences identiques de grattage ne conduisent nullement à deux anches semblables !

Il est possible de faire des statistiques, je m’y suis risqué comme certainement bon nombre de hautboïstes. David Walter a publié un article très intéressant dans un "Infobois" [1]. Une bonne méthode pour avoir un matériel correcte au concert reste celle que m’a confiée un jour Jean Louis CAPEZZALI : "Au début de chaque mois je monte deux cents anches et j’en trouve généralement une soixantaine pour les concerts ". N’espérez donc pas trouver mieux dans cet article !

Je propose donc ici un descriptif de la façon dont je procède. Il s’agit d’un compromis entre ce que m’ont appris mes professeurs et mon expérience personnelle. Ce type de grattage me convient, je joue sur un hautbois "Buffet Crampon" . partant de là, chaque perce de hautbois nécessite d’adapter un peu son grattage. Ici vous trouverez donc une trame de travail. N’hésitez donc pas à envoyer vos commentaires de manière à compléter mes conseils.

Préparation

Nous reprenons le travail là où nous l’avions laissé à l’issue de l’article sur le montage des anches.

Afin que le roseau ait pris correctement la forme du tube, il convient d’attendre toujours au moins deux jours entre le montage et le grattage d’une anche. N’hésitez donc pas à monter plusieurs anches d’un coup et à les gratter ensuite progressivement selon vos besoins.

Au cours du grattage nous allons être amener à effiler les bords extérieurs de l’anche. De manière à ne pas rencontrer de petites "bardes" de roseau, je passe un ou deux coup(s) de couteau bien perpendiculaire(s) alors que l’anche n’est pas encore fendue.


Le roseau est livré d’une pièce, il convient donc dans un premier temps de le fendre. Pour cela j’utilise une plaque métallique dont les bords ont été affûtés à la lime. N’importe quel outil coupant peut faire l’affaire, il convient simplement de ne pas endommager le roseau et d’obtenir une coupe la plus nette possible des fibres.


Une fois l’anche fendue, laissez la tremper quelques instants. Le roseau va commencer à prendre sa courbure et à se ramollir, le grattage sera plus facile.

Dégauchissage

On peut distinguer deux parties à gratter sur une anche (le hautbois c’est :" deux changes au grattage et une au tirage"). Le bord d’attaque c’est à dire les 2 mm de l’extrémité et le corps de l’anche en gros le reste !
- Il est important lorsque l’on travaille le corps de l’anche d’utiliser une plaque en bois "bombée". En effet la pression que vous exercez tend à aplatir et donc à favoriser la fente du roseau. La plaque bombée évite ce traumatisme.
- A l’inverse lorsque vous allez affiner le bord d’attaque utilisez une plaque métallique plate. Ainsi vous n’arracherez pas -trop - les coins.

Sur cette image les deux coups de crayons montrent le chemin que doit suivre votre couteau. Pendant plusieurs années j’ai tracé ces "guides". Alors que le roseau est uniforme et brillant la marque permet de bien gratter vers l’extérieur de l’anche et préserve ainsi l’arête centrale.

Voila une position possible pour le grattage. Dans mon jeune âge mes professeurs m’ont appris à travailler un conservant un couteau le plus orthogonal possible à l’axe de l’anche. Les fibres sont ainsi mieux coupées et on évite d’arracher le roseau en l’attaquant de biais. Dans la pratique il convient de ne pas être rigide et j’avoue prendre quelques libertés.

Un point important concerne l’affûtage du couteau. Il convient de travailler avec un couteau suffisamment affûté pour couper correctement les fibres mais pas trop de manière à ne pas enlève trop de bois à chaque passage.
- Si votre couteau ne coupe vraiment plus, il faut le faire affuter. Afin de conserver sa forme initiale, éviter de l’emmener chez le rémouleur de la grand mère. Mieux vaut contacter un spécialiste. Jany fait ca très bien !
- Si votre couteau n’est pas totalement "à plat" et que vous souhaitez lui redonner une nouvelle jeunesse, un cuir s’impose. Peut être l’objet d’un prochain article. Dans ce cas, à l’issue de l’affûtage il convient de modérer les ardeurs de la lame, par exemple en coupant une feuille de papier avec.

Dans un premier temps commencez à attaquer la partie haute de votre anche avec le couteau. Aller y doucement mais n’hésitez pas à enlever du bois tout de même. Veillez à toujours travailler les deux bords de l’anche ainsi que ses deux faces. Une anche se doit a priori d’être symétrique avec un axe mm2 caractéristique des réseaux orthorombiques (les hautboïstes minéralogistes me corrigeront j’espère :-) ).

Dans un premier temps veuillez à ne pas du tout travailler le bord d’attaque de l’anche pour le moment.

Une fois engagé, allongez le grattage vers le bas. La longueur du grattage est très fluctuante. Pour ma part j’adopte une longueur d’environ 1 cm, ce qui paraît raisonnable. Un grattage long tend à faire baisser le diapason mais donne un son moins "en face".

Tout en conservant l’arête centrale, grattez doucement les bords extérieurs de l’anche.

En prenant soin de toujours partir du talon, c’est à dire de la partie basse de votre grattage, élargissez le geste.

En affinant les bords ainsi, l’émission des graves du hautbois est facilitée. Attention toute fois sur certains instruments comme les Rigoutats par exemple, si vous affiner trop les bords les graves risquent de ne plus être justes.

Voila arriver à ce point vous devez avoir conservé quasi intacte l’arête centrale et le bord d’attaque de l’anche. En la mouillant à nouveau vous devez pouvoir obtenir un bruit - à défaut d’un son - en soufflant. Dans ce cas c’est que vous avez enlevé assez de bois, sinon continuer à enlever uniformément du bois jusqu’à obtenir un bruit !

Affinage

A ce stade vous avez réussi, probablement péniblement à sortir un son de votre anche, mais il ne vous aura pas échappé que l’attaque est encore un peu dure :-) . Pour faciliter l’émission du son il convient d’affiner le plus possible le bord d’attaque.


Voila ici passé au crayon les parties à gratter. On parle de demie-lune. L’idée consiste ici à obtenir sur le bord d’attaque un roseau le plus fin possible et des coins également assez fins qui assurent le raccord avec le grattage du corps de l’anche.

Il convient de travailler au maximum sur à peine 2 mm de large. Après avoir bien mouillé votre anche, gratter le roseau en conservant votre couteau bien orthogonal.

N’hésitez pas à enlever du bois. Il n’y a pas véritablement de limite, personnellement je gratte jusqu’à ce que le roseau soit quasiment transparent. A ma connaissance il n’y a pas d’effets secondaires gênants à affiner le bord d’attaque.

Gratter spécifiquement les coins de l’anche. La difficulté réside dans la capacité à ne pas arracher les coins de l’anche. Travaillez donc calmement, toujours avec une plaque métallique plate. Je gratte personnellement en m’arrêtant dans un premier temps à quelque dixièmes de millimètre du bord afin que le copeau ne s’arrache pas. Une fois un petit copeau formé, je pousse le couteau jusqu’à la plaque, ainsi j’enlève tous les petits copeaux d’un seul coup en minimisant le passage sur le coin.


Si par emportement vous arrachez un coin de votre anche, ne vous inquiétez pas. Continuez le grattage, au pire cela vous donnera de l’entrainement. Avec un peu de chance et en taillant net le coin à 45° vous pourrez malgrè tout jouer votre anche.

Pour finir, affiner l’extrèmité du bord d’attaque en travaillant avec le talon de votre couteau. En général, cette partie reste mieux affûtée que le reste et permet en tout état de cause un meilleur contrôle de vos mouvements.

Voila ce que vous obtenez à ce stage. Normalement l’émission doit être plus facile à ce moment. Comme vous le voyez l’arête centrale est toujours très présente. L’anche et donc trop rigide pour vibrer correctement.

Il convient de "casser" cette arête en grattant TRES TRES légèrement avec votre couteau de manière à adoucir l’arête près du bord d’attaque.

Recoupe de l’anche

Il est important de toujours jouer des anches de la même longueur. En effet, consciemment ou non, nous corrigeons l’embouchure, la gorge etc... pour jouer le moins faux possible ! Si vous jouer des anches de longueurs inégales vous aurez plus de mal à trouver vos repères. En recoupant vos anches, vous assurer également un bord d’attaque le plus net possible.

Il est important de noter qu’en générale les anches montées à la bonne longueur et grattées calmement n’ont pas besoin d’être recoupées.

Pendant très longtemps j’ai recoupé mes anches à l’aide d’un billot, il s’agit d’un petit cylindre de bois ou de résine noire. Dans ce cas on recoupe l’anche comme on coupe une bûche. C’est simple et parfois la coupe n’est pas parfaitement orthogonale à l’axe de l’anche. Si comme moi vous avez la chance que l’on vous offre une mini-guillotine, la recoupe sera jeux d’enfant.

Outre l’assurance d’une coupe nette et droite, ce petit appareil garantit, une fois réglé, que toutes vos anches ont la même longueur.

Finitions

Votre anche et quasiment finie, il reste le plus important, les finitions. Les étapes suivantes, se réalisent sur une anche toujours bien humide. Il s’agit de les répéter jusqu’à ce que vous soyez satisfait du son, de la souplesse d’émission du détaché... bref de les répéter sans cesse !

Généralement lorsque le roseau épaissit, l’attaque devient plus difficile. Lorsque vous retoucher une anche, commencez toujours par affiner le bord d’attaque. Vous éviterez ainsi de gratter toute la surface de l’anche, au risque de la rendre trop faible et donc plus claire.

Continuez ensuite par les coins, toujours en douceur avec une plaque plate.

Si malgré tout l’anche demeure difficile à jouer, qu’il faut la mordre, alors grattez doucement le corps. Prenez soin de toujours repartir du talon pour gratter uniformément en évitant :
- de creuser le talon ou d’allonger exagérément la longueur du grattage,
- de gratter l’arête centrale. Plus vous enlèverez de bois au centre, plus l’anche sera claire.

Affiner toujours le bord avec précaution. Enlever du bois pour faciliter l’émission des graves. Tester toujours la justesse.

Concernant la finition des anches, aux moins deux stratégies peuvent être adoptées selon les contingences du moment.
- Vous avez un concert ou besoin de jouer immédiatement votre anche et dans ce cas il vous faudra gratter jusqu’à ce que l’anche fonctionne parfaitement. Méfiez vous alors car le roseau gonfle après grattage selon la météo et votre anche risque d’épaissir, soyez donc prudent avant un concert.
- Vous avez le temps et vous souhaitez une anche plus pérenne. Dans ce cas il convient de jouer votre anche. Au début elle est naturellement assez dure, chauffez vous avec sans vous détruire l’embouchure cependant ! Ainsi vous écrasez les fibres du roseau. Naturellement le lendemain votre anche aura gonflé, regrattez la et rejouez la. Ainsi de suite. Les fibres sont au final plus resserrées et au bout de deux ou trois jours vous avez une anche plus stable que par la première méthode.

Etanchéité

Cette partie vient à la fin mais il est important d’assure l’étanchéité de l’anche dès que l’on commence à jouer avec. Une anche très bien grattée sera difficile d’usage si elle fuit. De la même façon qu’une fente du hautbois ou un mauvais bouchage des tampons, une anche qui fuit peut également provoquer une sorte d’étourdissement.

Plusieurs matériaux s’offrent aujourd’hui au hautboïste pour colmater ces fuites ! La baudruche qui se vent en feuille ressemble vaguement à du papier cigarette. Il s’agit d’une sorte de papier très fin qui colle légèrement lorsque qu’on l’humidifie. Cette solution permet au roseau de respirer.

Certains hautboïstes utilisent du papier de type sel-o-frais prévu pour les plats cuisinés. Dans ce cas l’étanchiété est excellent mais le système ne respire pas. Personnellement je n’aime pas le contacte de ce type de plastique. D’un point de vue pratique, il n’est pas facile de transporter de petites quantité de ce plastique. Une fois sorti de son rouleau, le film se colle partout.

Personnellement, j’utilise un ruban téflonné que l’on peut se procurer dans le premier rayon plomberie venu. Coté pratique, il s’agit d’un ruban facilement transportable. Notez qu’il existe en plusieurs épaisseurs. Rien ne sert de prendre un ruban trop épais, à l’inverse trop fin, il se froisse. Une épaisseur convenable permet de déchirer la bande directement à la main, pas besoin d’une paire de ciseaux. Coté respiration j’avoue ne jamais avoir eu de problèmes, vu le temps que "dure" une anche, je ne sais pas si ce critère est véritablement pertinent.

Lorsque vous enroulez le teflon, la baudruche ou autre, vérifiez toujours la tendance éventuelle des deux lamelles de roseau à se mettre en quinconce. Choisissez le sens d’application de la bande étanche qui contrarie cette tendance.

Une dernière question concerne la quantité de bande à enrouler. Surtout mettez en le minimum. Pour tester l’efficacité du système, bouchez le tube avec votre doigt et aspirez. Plus encore que l’épaisseur de film, la hauteur d’enroulement doit rester raisonnable :
- trop basse, l’anche fuit,
- trop haute, l’anche vibre mal, le son reste serré.

La figure ci-dessus donne un ordre de grandeur.

Conclusion

Voila votre anche est finalisée.

Voici une vue d’ensemble de la partie grattée et de l’étanchéité.

Ici un gros plan sur le grattage dit en "W" que j’utilise.
Vous pouvez constater que le grattage n’est pas parfaitement symétrique. Il y a toujours possibilité de le reprendre.

Vous avez probablement une expérience différente du grattage, n’hésitez donc pas à laisser des commentaires sur le site à destination des collègues.

Notes

[1Rendez-vous sur le site de l’AFH pour plus de détails

Partager

8 Messages

  • Grattage des anches Le 12 décembre 2006 à 15:09

    Bonjour, je viens de découvrir votre très interressant dossier sur le montage et le grattage des anches de hautbois, joueur de bombarde et de biniou (instruments bretons que j’enseigne au conservatoire de Lorient) je suis appelé à fabriquer entièrement les anches de biniou , "rares" dans le commerce.

    Je ne maitrise pas parfaitement (loin s’en faut) le grattage des anches de cornemuse (non-pincées), avez vous des infos sur ce sujet

    Josick Allot

    Répondre à ce message

    • Grattage des anches Le 9 janvier 2007 à 13:24

      Bonjour Josick,

      D’abord désolé pour le retard, j’ai eu une fin d’année un peu chargée, comme toutes les fins d’années naturellement. J’avoue ne pas avoir beaucoup d’infos sur les anches de cornemuse.

      J’ai toujours essayé cet instrument chaque que j’ai pu, dans des festivals et autre. La seule chose que je sache, c’est que ce sont des anches plus larges, plus courtes et légèrement moins capricieuses que leur cousine hautboïstiques.

      Autant dire que je ne sais rien donc, je vais essayer d’ouvrir mes oreilles et en toucher deux mots à J. Berthelot qui adore tous les nouveaux challenges.

      A Bientot

      Vincent

      Répondre à ce message

      • Grattage des anches Le 2 février 2016 à 10:52, par aurore

        Bonjour,

        Mon mari joue du hautbois, il n’arrive pas a trouver les anches qui pourrais lui convenir. Moi qui aime le bricolage je me demandais si il existait des formations ou stages pour faire ses propres anches ? ou alors si je devais me lancer les yeux fermer avec des vidéos trouver sur le net ?
        Sachant que moi je n’y connais rien en musique :)
        Merci.

        Au plaisir.

        Aurore.

        Répondre à ce message

    • Grattage des anches Le 21 février 2007 à 22:30, par DUPLENNE Patrick

      Bonjour mon cher Josik
      Comme tu l’ auras remarqué les anches de chanter de bag pipe sont généralement privées de l’écorce extérieure du roseau et ne nécessite généralement plus de grattage . Si une anche parait bonne mais un peu dur un très leger grattage sur l’extrémité est toujours possibe. Pour les anches de koz, il reste un peu d’écorce sur la base le grattage à mon sens est identique aux fintions des anches de hautbois. j’utilise pour le koz des anches le NOANT , mais je ne les gratte pas.
      je n’ai pas fabriqué encore d’anches de koz . Je n’est fabriqué pour l’instant que des anches de hautbois et de clarinette basse .( because prix )
      J’ai fabriqué des anches de hautbois baroque ancien ( copie MOECK) , avec du roseau prégougé pour cor anglais de chez rigotti ( la forme de l’anche est idéal pour cet instrument qui doit être muni d’un bocal que j’ai du confectionné lui aussi a partir de tube de cor , le bocal préexistant étant trop court et trop large. )
      j’ai également utilisé avec succès le roseau de ma clôture fait il y a une trentaine d’année avec ce fameux arunda bonax dit canne de provence, et cela marche à merveille. Oui le roseau c’est comme le vin ça peut se conserver , mais surtout à l’air libre et pas en cave , c’est comme cela que le roseau de lutherie est sèché..
      A bientôt .
      Pat

      Répondre à ce message

      • Grattage des anches Le 27 février 2007 à 19:00

        Salut Pat, je ne savais pas que tu faisais référence à ce site que j’ai découvert assez récemment. Pour le montage des anches de biniou, je préfère le roseau entièrement débarrassé de son écorce, le fait d’enlever celle-ci permet de travailler dans une couche plus profonde du roseau, la couche superficielle (écorce) est trop dure et donne un son trop agressif. J’enlève environ 2/10 à 3/10 en grattant entièrement un canon de roseau. Pour cela je me fie à la couleur, il faut obtenir un jaune bien soutenu, la partie dure (à part l’écorce) est souvent plus grise.
        J’ai quelques combines pour le montage (30 ans de pratique le contraire serait malheureux), mais je butte, faute de machines outil, donc d’un travail suffisamment précis et régulier sur les différentes possibilités de grattage. A bientôt Josick

        Répondre à ce message

  • Grattage des anches Le 8 janvier 2007 à 20:53, par Pascal Nicolet

    Pour affiner le bord d’attaque d’une anche de hautbois, il existe une méthode très simple et efficace qui consiste à frotter en un seul coup par face l’avant de l’anche sur un papier d’émeri assez fin (300 à 400). Il faut poser la feuille d’émeri (pas de papier de verre s.v.p. !) bien à plat sur une surface dure et parfaitement lisse (plaque de verre par exemple). Poser l’index sur l’extrémité a frotter, appliquer une pression bien ferme et tirer l’anche contre soi dans un mouvement bien parallèle à l’axe de celle-ci. La vitesse de ce mouvement ne doit pas être trop lente (ni trop rapide d’ailleurs). De plus, il faut éviter de repasser sur un endroit du papier déjà utilisé. Veillez également à trouver le bon angle entre la surface plane et l’axe de l’anche (cet angle varie bien entendu en fonction de la pression que vous exercez avec votre index)

    Répondre à ce message

    • Grattage des anches Le 10 mars 2007 à 20:23, par Tydom

      Bonjour,

      Impressionnante cette astuce ! On a vraiment l’impression que gratter une anche aussi sauvagement va tout arracher ! Quelques questions : ce geste s’effectue sans aucune plaque ? L’anche étant bombée, le centre du bout n’est-il pas plus gratté que les coins ? Le bout ainsi gratté ne s’avance-t-il pas trop vers le bas de l’anche ? Peut-on vraiment utiliser cette technique à la toute fin, quand on veut un bout "quasi transparent", ou ne peut-on l’utiliser que sur des anches encores assez épaisses ?
      Merci pour cette idée je trouve ce papier d’émeri, j’essairai avec de vielles anches !

      Tydom

      Répondre à ce message

  • Grattage des anches / scel-o-frais - film alimentaire Le 23 juillet 2015 à 17:00, par Jérôme

    Juste un petit mot pour dire qu’il est très facile de transporter du "scel-o-frais", il suffit de couper le bout d’un tube de film alimentaire à la largeur souhaitée (1 cm environ, utiliser un gros couteau de cuisine, attention aux doigts !) et on se retrouve avec le même type de rouleau que pour le teflon. Pour laisser respirer ses anches, il suffit d’enlever le film après avoir joué et d’en remettre la fois suivante. Un rouleau de 20m dure longtemps ... à chacun d’essayer et de se faire son idée :)

    Répondre à ce message

Répondre à cet article


Envoyer un message